06/03/2012

ECAUSSINNES – La Rue du Daim - Encore un exemple de gestion calamiteuse

Une fois de plus, hélas, Ecaussinnes est sur le devant de la scène en raison des frasques et de l’irresponsabilité (coupable ?) de certains de ses mandataires.

Cette majorité a réellement un don inné pour se saborder elle-même… Quasiment à chaque Conseil, on est tenu d’assister, médusé, à des querelles internes entre membres de la majorité. Ce sera encore le cas en fin mars : pitoyable !

Dans l’affaire de la Rue du Daim, l’enjeu pour la majorité est de « rattraper », à la dernière seconde, des années d’une gestion calamiteuse d’un dossier d’urbanisme relatif à la construction d’un immeuble à appartements.

Vous avez dit « gestion » ? ? ?

 

Comment en est-on arrivé là ?

Tout d’abord l’octroi, par le Collège, d’un permis de bâtir NON MOTIVÉ alors même que la décision prise allait à l’encontre des avis remis par la CCATM et le service d’urbanisme, et qu’un collectif de riverains avait clairement marqué son opposition au projet tel qu’il était proposé.

Ensuite, le gabarit « hors norme » du projet immobilier (au niveau de la profondeur du bâtiment) nécessitait la construction d’une voirie. Or, la construction de cette voirie a été adoptée par le Collège, et ce SANS passer par le Conseil communal (pourtant seul compétent en la matière, en vertu du Code de la Démocratie Locale) et SANS enquête publique préalable (en infraction à la législation en la matière)…

En raison des irrégularités entachant ce dossier, un citoyen a saisi le Conseil d’État afin de casser la décision d’octroi du permis d’urbanisme. Et c’est ce jeudi 8 mars que ledit Conseil d’État doit prendre une décision.

Le Collège, craignant que l’avis du Conseil d’État ne lui soit défavorable, a alors préféré éteindre ce recours par l’annulation dudit permis. Pour ce faire, il fallait réunir un minimum de quatre échevins sur six (quorum nécessaire pour pouvoir prendre valablement une décision). Or, sans Jean-Pierre LEGGE, ce quorum ne pouvait être atteint en raison de litiges ou de conflits d’intérêts de la moitié des membres du Collège vis-à-vis de la société IMOGES.

Jean-Pierre LEGGE ayant lui-même un litige (antérieur) avec ladite société n’est pas en mesure de participer à cette décision.

Il faut croire, selon l’intéressé lui-même, que les pressions combinées de l’administrateur de la sprl et de certains élus de la majorité (qu’il qualifie lui-même de « détracteurs ») ont été suffisamment fortes pour contraindre l’homme à jeter l’éponge et à présenter sa démission de ses fonctions de Président de CPAS et d’Echevin.

 

Quelles sont les conséquences ?

Riverains en colère, habitants des appartements dans l’incertitude juridique, Collège paralysé, Conseil communal bafoué, Ecaussinnes une fois de plus mise à l’index…

Il faudra en outre rédiger un nouvel avenant au pacte de majorité pour remplacer Jean-Pierre LEGGE et désigner son successeur à quelques mois des élections…

Si le Collège ne parvient pas à retirer son permis de bâtir comme il semblait vouloir le faire, et si le Conseil d’État casse le permis octroyé, il y aura plus que certainement des dépôts de plaintes devant le tribunal civil de la part de riverains. Un nouveau permis de bâtir devra de toute façon être adopté a posteriori : pourra-t-il tenir compte des avis de la CCATM et des riverains alors que l’immeuble est déjà construit ? Oserait-on imaginer une déconstruction de l’immeuble ?…

Affaire à suivre...


Qu’y a-t-il réellement derrière tout cela ?

Le nombre d’échevins « empêchés » (litiges ou conflits d’intérêts ?) dans ce dossier est pour le moins interpellant. Comment peut-on en arriver à un tel blocage d’un organe démocratique (la moitié des membres du Collège ! ! !) rendu incapable de prendre une décision légale par le fait d’une société immobilière ?

Il est paradoxal que l’on ait demandé à Jean-Pierre de prendre part à une décision concernant ce dossier, après lui avoir interdit de le faire jusqu’à présent…

Est-ce normal, et je rejoins en cela la position de Thierry SEVERS ou dernièrement de Christine HEMBERG, qu’un échevin (Sébastien DESCHAMPS) puisse participer à des décisions du Collège qui concernent des projets immobiliers d’une société qui est elle-même un sponsor de son ASBL (Synergie Ecaussinnes) ? Comment ne pas y voir là à tout le moins une sérieuse suspicion de conflit d’intérêts ?   

Le nombre d’irrégularités, de non respect des instances et des procédures, telles qu’elles ont été rappelées récemment et fort justement par Dominique FAIGNART, laisse aussi interrogateur quant aux réelles motivations de certains membres du Collège… Est-ce l’intérêt général qui est poursuivi ou bien la défense de certains intérêts particuliers ?

L’absence d’une politique cohérente, objective et globale en matière d’urbanisme et d’aménagement du territoire montre l’incapacité de cette majorité à faire face à ses responsabilités ; avec les conséquences que l’on constate. 

 

Un petit mot pour Jean-Pierre LEGGE

Jean-Pierre est un homme honnête, intègre et respectueux de ses collègues. 

J’ai eu beaucoup de plaisir à le côtoyer sur les bancs du Conseil de l’Action Sociale, bien loin des tumultes de la Commune.

Nous avons réalisé, majorité ET opposition, un travail constructif, avec sérieux et dans la sérénité. Si nous n’étions pas toujours d’accord sur tout, les débats furent toutefois cordiaux et les quelques «joutes » que nous avons eues se sont toujours faites autours des idées mais dans le respect des personnes.

Je regrette sincèrement cette démission, mais je respecte la décision de l’homme qui veut rester fidèle à ses principes… Même si je reste convaincu que la retraite n’est pas le meilleure moyen de défendre une cause que l’on sait juste.

Merci, Jean-Pierre, pour ton action au profit des Ecaussinnois(es) !

 

2012, année électorale…

Les prochains mois verront fleurir les promesses électorales pour les six prochaines années. Et les premiers à le faire seront ceux-là même qui n’ont eu cesse de démontrer leur incapacité à prendre leurs responsabilités.

Je pense toutefois qu’il ne faudra pas oublier, avant tout et plus que jamais, de regarder les bilans… 

Et je me refuserai de mettre tous les membres de la majorité sortante dans le même « panier », mais en ayant toutefois cette conviction (comme vient de l’avouer publiquement la Bourgmestre en parlant de sa propre équipe) qu’il est effectivement temps de « sortir du bac à sable » ! ! !  

Pour ma part, je m’en tiendrai à mes convictions, à mes idéaux, en ayant à l’esprit les principes d’éthique, de bonne gouvernance, de transparence et de saine gestion. Je tenterai de défendre non pas des belles promesses, mais bien des projets réalisables et qui constitueront des investissements durables au profit du bien-être de notre communauté.

 

23:23 Écrit par Philippe Dumortier dans Actualité, Ecaussinnes | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : ecaussinnes, cpas, urbanisme, démission, flop, blocage |  Facebook |

Commentaires

Merci Philippe pour ce compte rendu qui ne nous laisse plus dans le flou.
On entend de tout à Ecaussinnes et ce n'est pas nouveau.

Mais que peut-on dire à cela, mis à part que cela ne me surprend guère.

Dans une certaine zone du pays, ce genre de construction qui pour moi dévisage Ecaussinnes serait purement et simplement détruite.

Ça fait drôle parfois de voir Ecaussinnes mis à mal de la sorte. Pas plus tard qu'hier je regardait une photo aérienne d'Ecaussinnes sans tout ces gros bâtiments... que c'était bien en ce temps là :)

Petite pensée pour Monsieur Legge Jean-Pierre et dommage aussi de la voir jeter l'éponge. J'en espérait un peu plus quand même.
En même temps c'est toujours choquant de voir des personnes comme lui qui présente bien, qui sait ce qu'il dit, qui défend de bonnes causes, partir en laissant pleins de bonnes idées dans un sac.

Il y a comme un gout amère dans l'air...

Écrit par : Charlie L. | 07/03/2012

bonjour,

et ils sont pret a recomencer la meme chose au bout
de mon jardin ,,je suis contre et mes voisins sont très en colere aussi,,ecaussinnes est defigurer
ne peut on rien faire pour enpecher cela ,, c est mon VILLAGE,,c est mon environnement,
dans le boulevard la plus belle rue d ecaussines
les bus scolaire ne savent plus ou ils vont pouvoir ce garrer pour aller a la piscine nous allons etre en enfer avec ce va et viens de toutes ses voitures au moins 100 voitures ,,les ecaussinois devront ils demenager
voici mon adresse 66 bd de la sennette

Écrit par : delplace christiane | 07/03/2012

Les commentaires sont fermés.