20/06/2011

Annie CORDY OR NOT Annie CORDY ? Là n’est pas le vrai débat…

Chronique d’un succès populaire annoncé et vérifié dans les faits

Miser sur une artiste reconnue, populaire, multi-générationnelle et dont le talent est salué depuis des décennies bien au-delà de nos frontières était à court sur la garantie d’attirer la foule. Et je ne conteste pas que le spectacle fut de qualité et a enthousiasmé le nombreux public présent. L’énergie d’Annie CORDY, surtout à son âge, en fait rêver plus d’un…

Mais force est de constater que l’Echevin de la Culture a  « assuré » en jouant la facilité… même s’il assume ce choix, ce qui est très bien et je l’en félicite !

Attirer la foule par un spectacle gratuit avec une artiste professionnelle est une chose.

Mais l’inviter dans le cadre d’une manifestation payante (comme le Goûter Matrimonial) n’aurait-il pas été plus judicieux et un peu moins coûteux pour les deniers publics ?

Quelle philosophie donner aux Fêtes de la Musique à Ecaussinnes ?

Monsieur DESCHAMPS reste dans son credo assez superficiel  du « plaire à tout prix » et dans la stratégie qui l’accompagne  « je veux, ils font, vous payez ».

Certes, la critique est facile et vous êtes libres de penser que je ne suis pas objectif. Mais à  tout le moins, j’exprime mon opinion et j’ose lancer le débat de façon constructive en y abordant la problématique culturelle de façon plus globale…

Aussi cette manifestation n’était-elle pas un peu réductrice et un peu trop simpliste pour un événement comme les Fêtes de la musique dont le but est de mettre en valeur l’ampleur et la diversité des pratiques musicales, dans tous les genres musicaux tout en permettant aux musiciens amateurs ou moins connus de s’exprimer ?

Les Fêtes de la Musique sont l’occasion pour de nombreux artistes de bénéficier d’une visibilité et de se faire connaître.

Partant de là, il me semble que pour un budget équivalent, on aurait pu assurer plus de spectacles, organiser plus de concert, mettre en avant plus de styles musicaux, bref offrir plus de diversité, notamment en multipliant les petits lieux de spectacles de plein air (places, jardins publics, rues,…) ou « fermés » mais qui ne sont pas traditionnellement des lieux de concert (édifices publics, musées,… comme cela a été fait dans une ferme par exemple) ?

Je pense qu’il n’est pas inutile de rappeler à notre Echevin de la Culture que  l’esprit et les principes fondateurs (tels qu’ils sont énoncés dans la charte) des Fêtes de la Musique recommandent de proposer un programme innovant, avec une rotation des artistes et des groupes, en valorisant les artistes locaux ou régionaux.

Le fait que son projet n’ait pas été subventionné par la Communauté Française illustre bien que nous avons raté cet objectif de promotion de  diversité et de découvertes musicales.

Un peu d’audace en matière culturelle, surtout musicale, n’aurait pas été pour me déplaire… Cela sera peut-être pour une prochaine édition des Fêtes de la Musique, du moins je l’espère…

Quelle politique globale veut-on donner à long terme en matière de manifestations culturelles et musicales dans notre village ?

Voilà un thème qui méritera d’être abordé lors de la prochaine campagne électorale communale de 2012.

Quand je découvre le programme que « La Ducasse des Marchous » nous a préparé pour juillet, je me dis qu’il y a moyen d’être original et ambitieux et que je devrais prendre mon pied…

Cela montre en tout cas, la richesse de notre tissu associatif local et pour cela je me réjouis d’habiter à Ecaussinnes ! ! !

Il y a là matière à s’inspirer pour notre Echevin de la Culture ;-)

Quel avenir pour le Blues Festival ?

Le Blues Festival est un événement majeur de notre village, il nous offre une vitrine  dont le rayonnement culturel international n’est plus à démontrer.

Et pourtant, il est critiqué pour des raisons financières par ceux-là même qui n’hésitent pas à gonfler d’autres budgets culturels sans doute plus rentables… électoralement !

Evidemment, le public fréquentant le Blues Festival compte sans doute moins d’électeurs locaux : ceci doit expliquer cela…

J’estime toutefois qu’il faut continuer de soutenir ce festival qui, avec le Goûter Matrimonial, fait la réputation de notre Commune et prouve son caractère dynamique et engagé culturellement.

Certes, il faut rester attentif à ne pas creuser le déficit engendré par ce festival et à trouver des sources de financement alternatives. Mais il faut aussi tout mettre en œuvre pour ne pas arrêter une manifestation que beaucoup nous envient.

Tout est une question de choix, en politique comme ailleurs, mais un peu d’audace nous permettrait de sortir des sentiers battus où il y a également de nombreux talents musicaux à découvrir !

20:47 Écrit par Philippe Dumortier dans Actualité, Ecaussinnes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : culture, musique, ecaussinnes |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.