11/05/2009

Le cirque politique écaussinnois continue…

Rappel

Il y a peu, la Nouvelle Gazette dénonçait des manœuvres politiques entre membres du Collège, reprises par certains conseillers communaux. En cause, le non renouvellement du contrat de Madame Jacqueline J, débattu en séance (huis clos) du dernier Conseil communal.

Respect de l’indépendance de la presse qui joue son rôle.

Je respecte l’indépendance de la presse et laisse la responsabilités des propos tenus par la journaliste, dans la mesure où l’éthique de sa profession lui impose de recouper ses sources et de les vérifier. Ce qui a été fait semble-t-il.

Hypocrisie politique

Par contre, je me dois de réagir sur la méthode employée par certains mandataires politiques locaux, à l’origine d’une pétition concernant cette « affaire ».

11 conseiller(e)s communaux ont signé la pétition... que je sache, si 11 personnes avaient dit oui en séance, à bulletin secret, Jacqueline J. aurait eu son CDI... dès lors, des signataires politiques de cette pétition ne sont pas honnêtes !

Pour ce qui est de la non signature de socialistes à cette pétition, c'est bien simple :

- de un, personne ne nous l'a présentée,
- de deux, les conseillers socialistes ne signent pas de pétition, ils assument leurs actes au sein des Conseils communal et de l'action sociale, dans les cénacles pour lesquels les représentants PS ont été élus !

Calomnie… ASSEZ !

J'estime pour ma part que les propos tenus par Thierry SEVERS (sur son blog) à l'encontre du PS relèvent de la CALOMNIE pure et simple !!!

Comment Thierry SEVERS peut-il prétendre que le non-octroi du CDI de Jacqueline J. s'est fait avec la "bénédiction" du PS ?

Que je sache, le vote s'est déroulé à bulletin secret et le PS n'a donné aucune consigne de vote !!!

Il est grand temps de cesser un peu la démagogie et le populisme qui tiennent si bien à la peau de certains, Monsieur SEVERS en tête...

Mon avis… rien de plus

Ecaussinnes ne s'en sortira pas politiquement si l'on continue de la sorte…

J’en ai plus que marre de ce spectacle pitoyable qu’offrent certains de nos élus locaux. Cette attitude est indigne d’un représentant responsable des votes qui lui ont été confiés.


En donnant une image plus que négative de la politique, vous ne faites qu’accentuer le fossé entre élus et citoyens. Vous favorisez, au sein d’une couche de plus en plus grande de la population, la propagation de l’idée caricaturale (déjà par ailleurs si tenace) que tous les politiques ne peuvent être que des égoïstes au pire corrompus ou au mieux incompétents, imbus d’eux-mêmes et incapables de faire passer un quelconque intérêt commun avant l’intérêt personnel.

Pire, vous réconfortez les citoyens dans l’idée que TOUS les politiciens sont pareils et qu’AUCUN ne travaille pour le bien collectif.

Vos petits jeux mesquins, vos querelles stériles vous amènent à ne penser uniquement qu’à faire un croc-en-jambe à votre voisin plutôt que de gérer vos propres compétences au sein du Collège.

Votre immobilisme coupable rend impossible tout débat d’envergure.

Non seulement beaucoup des points que vous soumettez au Collège (ou au Conseil) sont incomplets, entachés d’erreurs, voire carrément bâclés, mais qui plus est, ils ne tiennent souvent jamais compte des critères  élémentaires de prévision budgétaire et de gestion en bon père de famille…

La politique de la terre brûlée règne désormais en maître : mieux vaut empêcher l’autre d’avancer plutôt que de se faire distancer par un échevin un peu plus ambitieux que soi, mieux vaut tout bloquer que de faire semblant d’avancer ensemble, mieux vaut dépenser à tout prix les réserves tout de suite de peur qu’une autre équipe puisse en profiter plus tard…

Certains multiplient les effets d’annonce, les projets parfois pharaoniques, sans aucune concertation préalable, sans vision globale ni projet pluriannuel et en dépit de tout bonne forme de gestion financière. Cette attitude ne fait qu’irriter légitimement encore plus les autres membres du Collège et renforce les positions radicales des uns et des autres, rendant par là encore plus difficile toute tentative de dialogue…

Conclusions…personnelles

A aucun autre niveau de pouvoir, dans aucun pays démocratique, pareille situation n’est tenable : en toute logique, lorsqu’un gouvernement est désavoué par son parlement, il tombe…

Et à  Ecaussinnes ?

Le Collège n’a plus de majorité stable au Conseil. Nombreux points sont passés en force au Collège, sans débat. La cacophonie (pour utiliser un terme largement trop poli) règne entre ses membres, obligés de reporter les grandes (voire les petites) décisions sur le Conseil quitte à être désavoués publiquement ou contraints de revoir leur copie.

Pourtant, n’en déplaise à certains, les représentants du PS au sein du Conseil communal continuent d’assumer pleinement leurs responsabilités et se refusent de se laisser à la tentation du blocage à tout prix.

Combien de temps peut-on continuer comme cela ? ? ?


En ce qui me concerne, il faut impérativement que les choses changent le plus rapidement possible, dans l’intérêt de notre Commune, de ses employés (trop souvent pris en otage des querelles de leurs  (non-)décideurs) et des citoyens qui réclament, à juste titre, un juste retour au niveau local de leurs taxes et impôts.

J’appelle la Bourgmestre à se comporter en chef responsable et à poser un geste fort dans l’intérêt de TOUS les écaussinnois, au-delà de toute logique personnelle ou de partis !

Dès lors, quelles possibilités pour sortir de l’impasse ?

1°. Madame BULTEAU s’impose en leader, remet de l’ordre dans les rangs des échevins, réinstaure un climat de confiance, relance un véritable dialogue et un esprit d’équipe.

OU

2°. Madame BULTEAU avoue son incapacité à assumer ses fonctions de capitaine au sein de l’équipe actuelle, établit le constat d’échec et pose le geste responsable de démissionner (seule ou avec l’ensemble du Collège) afin de permettre la composition d’une nouvelle équipe orientée résultats, projets et non plus individualités et intérêts (ou rancœurs) personnels.

Rien ne va à Ecaussinnes ? Et le Conseil de l’Action sociale...

Quoiqu’il se passe à la Commune, je peux vous assurer que le Conseil de l’Action social travaille avec sérieux et dans le seul intérêt de l’institution et de ses bénéficiaires !

Fort heureusement, les remous politiques communaux n’ont que peu d’influences sur la qualité des débats et l’esprit positif qui règne entre les membres du Conseil de l’Action sociale.

Même si les confrontations entre majorité et opposition y sont aussi parfois rudes, elles se font autours des idées et dans le respect des personnes ! 

Si cela fonctionne pour le CPAS à Ecaussinnes, pourquoi pas à la Commune ? ? ?

15:52 Écrit par Philippe Dumortier dans Ecaussinnes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.