05/11/2008

Ambiance au Collège...

Le dernier Conseil communal de ce lundi 3 novembre est le reflet de ce que doit être l'ambiance de travail au sein du Collège communal.

Le Collège n'est manifestement plus qu'une somme d'individualités ayant toutes les peines du monde à faire preuve d'un semblant de cohésion.

Heureusement que le Conseil remplit pleinement ses fonctions et assume ses responsabilités. En effet, ce dernier est amené à se substituer partiellement au Collège en l'aidant à trouver une ligne de conduite par un recadrage et un questionnement rendu nécessaire par la force des choses.

Sans une politique cohérente et concertée, aucune stratégie ambitieuse ne peut se mettre en place.

Les projets se multiplient dans la tête de Madame HEMBERG (qui a le mérite de réfléchir) mais, et cela est déplorable, sans vétitable soucis des priorités de nos concitoyens.

Je pense qu'il est temps pour les membres du Collège de repenser ces priorités et de s'y tenir ensuite...

Projet du Quartier

Concernant le projet de rénovation du quartier, mon avis personnel est qu'il contient 3 sous-projets, supposant un phasage à moyen et à long terme :

- une mise en valeur du Trou Barette

- l'aménagement de la voirie à partir de l'entrée du quartier résidentiel de Bel-Air

- l'aménagement de la partie "centrale" du Quartier (au niveau des commerces)

 

Le premier consiste à mettre en valeur un point de vue sur le Trou Barette, je suis favorable à ce projet "relativement" peu coûteux. Il s'agit d'un lieu pittoresque et reposant pour les promeneurs mais aussi pour les navetteurs qui bénéficieront d'un petit moment de "nature" au milieu du trajet quotidien "train-boulot-dodo"...

Le second, par contre, me paraît inopportun tant qu'une étude détaillée sur la capacité d'absorption du réseau d'égouttage actuel, tenant compte de la zone résidentielle de Bel-Air, n'aura été effectuée. En outre, ce projet doit pouvoir bénéficier d'un subside de la Région wallonne et donc être inscrit dans un plan triennal futur. Je sais que cette proposition suppose un agenda en décalage par rapport au calendrier "électoral" de l'Echevine des Travaux, mais il est impératif de ne pas confondre politique et gestion reponsable. Qui plus est, il me semble qu'un plan global et raisonnable de rénovation de l'ensemble des voiries du territoire écaussinnois ne manquerait pas de faire apparaître des besoins largement plus prioritaires...

Le troisième projet mérite réflexion ne fût-ce que sous l'angle de la fluidité de la circulation à cet endroit. En effet, cette partie de la voirie est rendue dangereuse par l'agencement des places de parking actuelles. Un réaménagement est donc envisageable. Par contre l'idée de la multiplication des "plateaux" ralentisseurs me semble quelque peu excessive. Le reste étant une question de priorité, un tri doit être fait et un équilibre trouvé entre sécurité, partage de l'espace public entre usagers faibles et véhicules, qui tiennent compte également des riverains.

Projet de la "Gare"

Madame HEMBERG a exposé au Conseil quelques réflexions personnelles sur l'aménagement de l'espace entre la gare et le terrain de football.

Certes, l'acquisition, à un prix abordable (10 à 15€ le m², selon l'échevine) de terrains dans cette zone (inexploitable en tant que zone habitable) peut s'avérer être un bon investissement. Encore faut-il  savoir ce que l'on veut en faire. Les ambitions  de l'échevine sur ce point sont pour le moins confuses : dépôt communal et lieu de parking du charroi communal, services du CPAS, crèche,... Mais à quel coût ? Pour rendre quel service supplémentaire au citoyen ?

Ici aussi, il n'y a pas au préalable d'étude globale de l'affectation ou de la réaffection des bâtiments communaux entre les services existants.

En outre, la réflexion doit porter avant tout sur l'intérêt de la zone. La gare est en effet un lieu de passage quotidien de bon nombre de nos citoyens : travailleurs et étudiants essentiellement.

Partant de là, l'idée d'une crèche est envisageable. Je dépose mes enfants en prenant le train et je les récupère à mon retour du travail. Qui plus est, une subvention wallonne existe pour ce type de crèche à proximité d'une gare. Peut être faudrait-il se renseigner auprès de Madame la Ministre Catherine FONCK, à moins qu'Ecaussinnes ne dispose de trop de fonds propres que pour s'abaisser à mendier de la sorte ?

Madame HEMBERG a également émis l'idée d'y implanter les services administratifs du CPAS afin de les rendre plus accessible via la gare, notamment pour les marchois. Certes, l'idée est louable, mais les services du CPAS disposent de bâtiments largement décents et en bon état.

La réflexion qui peut par contre être menée serait d'étendre les services du CPAS (un peu à l'étroit, notamment pour ce qui est de recevoir le public) en leur affectant la bibliothèque qui jouxte les services existants. Partant de là, l'idée de déménager la bibliothèque près de la gare pourrait s'envisager si l'on considère le nombre d'étudiants qui passeraient devant quotidiennement.

Affaire à suivre donc...mais à condition que ce type de projet s'intègre dans une réflexion globale en terme de plus-value pour le public, de minimisation des coûts et d'une optimisation de l'utilisation des bâtiments publics.

 

 

 

 

 

 

13:35 Écrit par Philippe Dumortier dans Ecaussinnes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.