28/10/2008

Réponse à un commentaire...

Monsieur MOLLE,

Je réagis par la présente à votre commentaire du 11/09/2008 laissé sur mon blog et resté sans suite à ce jour.

Tout d’abord, je vous prie de bien vouloir accepter mes excuses pour mon absence de réponse. Sachez néanmoins qu’il n’a jamais été dans mes intentions d’éluder les remarques, critiques ou réactions qui me sont adressées.

Je vais donc tenter de réparer cela et de vous répondre, point par point.

Je risque d’être long, j’espère que vous me lirez jusqu’au bout…


ACÉ
Concernant ACÉ, il est exact que ce parti apporte un vent de fraîcheur dans le paysage politique écaussinnois comme je l’avais d’ailleurs écrit dans un de mes articles laissé sur mon blog.

ACÉ n’est effectivement pas responsable de la situation pour le moins particulière telle que sortie des urnes et qui rendait ce parti mathématiquement incontournable en vue de la constitution d’une majorité.

Un choix délicat devait être fait par ACÉ entre PE et EC+. Après avoir été courtisé par les deux cartels, c’est vers EC+ que la tendance majoritaire d’ACÉ a décidé de pencher.

Je vous rejoins lorsque vous affirmez que ce nouveau mouvement a su directement comprendre les mécanismes du pouvoir en tirant un maximum de profit de sa position d’arbitre.

Je ne nie pas que ce parti, en la personne de Madame HEMBERG, réalise quelques projets intéressants pour notre Commune. Néanmoins, l’attitude abusivement autoritaire de cette dernière par rapport à ses collègues du Collège est la cause de tensions extrêmes dont on a pu mesurer les conséquences récemment.

Je tiens à préciser en outre que ce n’est pas le PS ni les critiques de l’opposition qui ont poussés Madame HEMBERG a prendre ses distances par rapport à la majorité mais bien une querelle interne, comme elle l’a d’ailleurs affirmé elle-même.

Ma lecture “ tronquée ” des événements et mon appartenance au  PS

A titre personnel, je suis, en ce qui concerne Ecaussinnes, Conseiller de l’Action Sociale et mon avis sur les questions communales est donc purement indicatif. En outre, il n’engage que moi.

Comme tout point de vue, le mien est fatalement biaisé ou partisan, je n’ai pas la prétention d’affirmer le contraire. J’accepte donc votre critique à ce sujet.

Par contre, dire que mon opinion est influencée par la présence passée du PS au sein de l’opposition ne m’apparaît pas aussi évident. En effet, je ne suis pas de la génération des “ anciens ” qui peuvent, eux, être influencé dans leur propos par des querelles de personnes. Je n’ai rien contre Madame HEMBERG, lorsque je l’attaque, c’est la fonction que je vise, pas la personne. Cette distinction est fondamentale !

Concernant ce que vous appelez la volte-face du PS, quitte à vous apparaître à nouveau partisan, je tiens à insister sur la position responsable qui a été celle de mon parti lors de cette crise politique. Nous ne sommes pas à la base de celle-ci et notre réaction a été de répondre à l’invitation d’une partie de la majorité en place afin de trouver une solution durable en tentant de constituer une majorité alternative. Nous ne nous sommes montré ni pressé, ni gourmand dans la négociation menée pendant les vacances d’été. nous ne sommes pas responsables de la non finalisation de cette procédure. Le PS s'est dit favorable à la continuation d'un axe de travail PS-CDH-IC au sein du Conseil. Chaque fois qu'un projet responsable sera proposé, sans avoir la majorité du Collège, il sera examiné et discuté par le PS qui assumera ses responsabilités dans l'intérêt de notre Commune ! Le parti socialiste entend ne pas jouer sur le climat de méfiance pour bloquer inutilement des points...

En démocratie, à tout autre niveau de pouvoir exécutif, lorsqu’un membre estime ne plus être en accord avec sa majorité, il démissionne et, à défaut d’une solution interne rapide, c’est l’ensemble de l’exécutif qui “ tombe ” comme nous l’avons trop souvent vécu en Belgique au niveau gouvernemental. Pourquoi dès lors, ACÉ pourrait-il se permettre de faire autrement ? Est-ce casser publiquement que de rappeler cela ? Je ne le pense sincèrement pas.

Vous me dites que vous ne voyez rien de constructif depuis des mois, c’est effectivement partiellement le cas lorsqu’une majorité vote des projets en Collège et se retrouve en minorité au Conseil… C’est une absurdité, pareille situation est inconcevable dans le fonctionnement normal d’organes démocratiques. Un organe exécutif désavoué publiquement par son Conseil doit normalement en tirer les leçons. A Ecaussinnes, cette situation s’est pourtant produites à plusieurs reprises. C’est pour sortir de ce cercle vicieux, que le CDH et IC ont pris des contacts avec le PS. Ils ont pris leurs responsabilités.

Les membres du Collège actuel peuvent-ils retravailler dans une nécessaire sérénité ? C’est leur problème et ils n’ont désormais plus le choix puisqu’aucune majorité alternative réaliste ne peut être envisagée. S’ils veulent travailler dans l’intérêts des écaussinnois et non plus uniquement pour s’accrocher à leur pouvoir, ils doivent trouver une solution et agir comme des gestionnaires responsables. Je vous rejoins sur ce point. Mais, par pitié, que chacun prenne ses propres responsabilités et évitent de rejeter sur l’opposition tout problème qui survient en interne de la majorité ou continuent de faire semblant en affirmant que tout va bien, comme si rien ne s'était passé !!!

Pour relativiser les choses, je préciserais toutefois que mes critiques ne sont pas de nature à faire vaciller un Echevin responsable, lorsque ce dernier est certain des choix qu’il propose. Mon blog est certes public mais personne n’est obligé de le lire. Critiquer, c’est aussi provoquer des réactions et il est normal et sain que vous ne soyez pas d’accord avec l’entièreté de mes propos. J’en profite pour vous remercier d’avoir pris de votre temps pour réagir, montrant ainsi votre intérêt pour la chose publique.

Responsabilités et compétences

Vous me permettrez de m’inscrire en faux contre vos propos à propos de l’absence de conscience des responsabilités qui sont les miennes en tant que politicien.

Au risque de paraître à nouveau aux yeux de certains pour un “ technocrate ”, je tiens à vous préciser la nature de mon travail de responsable de cabinet du premier Echevin de la Ville de Charleroi (plus grande Ville de Wallonie), dans le contexte sulfureux que tout le monde ne connaît malheureusement que trop bien.

Au quotidien, je suis confronté à des situations difficiles, je suis amené à résoudre un nombre considérable de problèmes, à aider mon Echevin à prendre des centaines de décisions chaque mois. Je suis parfaitement conscient que chaque décision posée concerne les deniers publics et que ces derniers doivent être gérés de manière la plus professionnelle qu’il soit, en bon père de famille ! Un élu est un gestionnaire public, il doit se comporter comme un chef d’entreprise et faire en sorte que ses départements soient le plus efficace possible dans l’intérêt des citoyens. C’est cela ma vision du service public.

Certes, je ne suis pas parfait et il m’arrive de faire des erreurs. Cela est valable dans le secteur public comme dans le privé.

Pour ce qui est des errements des gestionnaires publics, effectivement encore trop de dérives sont à déplorer et il appartient à l’opposition de faire preuve de vigilance afin de les limiter au maximum. Pour ce qui est du privé, en parlant d’errements, il suffit de voir l’ampleur de la crise financière actuelle pour se rendre compte de ce que peut être une seine gestion…

Je m’efforce néanmoins d’agir de manière professionnelle lorsque j’étudie un dossier, lorsque je propose un projet. Après, ce sont les citoyens qui jugent si je puis être digne de leur confiance ou non.

Et non, je n’aurais pas peur de passer un test de compétences. 

Cette ligne de conduite est en tout cas la mienne au sein du Conseil de l’Action Sociale.

Il est étrange de constater les problèmes rencontrés au Conseil communal actuellement alors que dans le même temps, celui de l’Action Sociale fonctionne sans heurts. Majorité et opposition entretiennent un dialogue permanent dans un climat convivial et serein. Je participe de manière constructive aux projets qui sont portés et je n’hésite pas à apporter mon expérience à chaque fois que cela est possible. Oui, on peut être dans l’opposition et amender, dans la fermeté, des propositions de la majorité. Personne au sein du Conseil du CPAS, je pense pouvoir l’affirmer sans crainte, ne conteste mon implication et ma détermination à agir dans l’intérêt de l’institution. Et je n’hésite pas à dire que cela est pour moi source de fierté ! ! !

Le temps que les Conseillers de l’Action Sociale consacrent au CPAS justifient amplement les jetons de présence qu’ils perçoivent (pour rappel, 111€ brut)…

Fête des neiges
Vous me traiter de démagogue parce que je soutiens un projet politique proposé par un membre d’un autre parti que le mien… La démagogie est étymologiquement l’art de conduire le peuple en usant de discours délibérément simplistes, sans nuances et en dénaturant la vérité.

Concernant le projet en question, le seul qui pourrait en tirer un profit direct par le biais d’une forme de clientélisme est Monsieur DESCHAMPS lui-même et certainement pas moi. Dès lors, je n’exprime une fois de plus que mon avis personnel sans intérêt particulier.

Monsieur DUTRIEUX estime cette dépense injustifiée, injustifiable et inopportune… Certes, mais un homme politique est amené à poser des choix dans les compétences qui sont les siennes et dans le cadre d’un budget qui lui a été attribué dans le cadre d’un plan d’action pluriannuel proposé par le Collège et voté par le Conseil.

Monsieur DESCHAMPS dépense donc les deniers publics qui lui ont été confiés pour les missions qu’il estime être dans l’intérêt de ses départements et des citoyens. En tant qu’Echevin de la Culture, il ne peut lui être reproché ici de proposer une action concernant potentiellement la TOTALITÉ des habitants de notre Commune.

C’est donc la mise en parallèle de la diminution du pouvoir d’achat et l’organisation d’une festivité qui relève de la démagogie, ce qu’a fort bien fait Monsieur DUTRIEUX en faisant appel à la facilité, voire à la paresse intellectuelle, en proposant des analyses et des solutions qui semblent évidentes et immédiates. Il n'est pas fait appel à la raison et il n'y a pas réellement de recherche de l'intérêt général.

Je comprends néanmoins votre position lorsque vous dénoncez une utilisation inopportune des deniers publics en période de crise, mais ne nous trompons pas de cible : ce n’est pas Monsieur DESCHAMPS (qui fait ce pourquoi il est élu et en restant dans son enveloppe budgétaire) qui doit être mis en cause, mais bien l’ensemble du Collège. En effet, ce qui doit être critiqué, c’est bien la répartition des deniers publics entre échevinats.

La solution doit alors venir, selon moi, d’une meilleure répartition des moyens qui mette l’accent sur une vraie politique sociale. C’est donc tout le projet global de la majorité qui doit être revu. Cela passe évidemment par l’augmentation de certaines enveloppes mais aussi par la diminution d’autres… C’est cela aussi agir en gestionnaire compétent et responsable !

Pour être objectif et le plus complet possible, toujours concernant la “ Fête des Neiges ”, mon opinion est qu’il faut que ce projet soit accompagné de recettes afin que le coût net ne soit pas entièrement à charge de la Commune. C’est bien pour cela que je propose une PAF. En outre, cette initiative devrait permettre d’attirer un public plus nombreux, et pas uniquement écaussinnois, ce qui ne manquer pas d’avoir un impact positif sur le commerce local.

Mon seul réel soucis, et qui peut constituer selon moi un véritable obstacle à ce projet se situe au niveau écologique. En effet, la neige artificielle utilisée contient une bactérie vivant naturellement sur les feuilles des végétaux et qui favorise la formation du gel. Son nom commercial est le SNOMAXTM . Le produit en lui-même n’est pas dangereux (puisque traité aux rayons X), mais le risque provient de la qualité de l’eau qui est mélangée au produit pour fabriquer la neige. L’eau en elle-même contient des micro-organismes qui profitent de ce milieu nutritif pour proliférer…

Déchets et taxation

Rappels
Vous m’interpellez sur le coût pour le citoyen (sous la forme d’une taxe et de sacs payants) entraîné par l’introduction du coût-vérité des déchets.

J’ai déjà écrit sur le sujet sur mon blog, je vais toutefois tenter de résumer ma position en la matière.

Tout d’abord, cette problématique relève de la compétence de la Région Wallonne qui ne fait que transcrire les directives européennes sur le coût-vérité des déchets ; normes qui sont d’application progressive sur l’ensemble du territoire européen. Cette problématique ne manquera pas de revenir aussi pour le coût de la gestion de l’eau…

Le décret impose donc aux communes de répercuter le coût réel de l’enlèvement et du traitement des déchets sur les citoyens.

Ecaussinnes faisait partie des quatre dernières communes belges qui prenait entièrement à sa charge ce coût sans le répercuter sur ses habitants. Oui mais, le décret impose désormais que 80% (au moins) de ce coût soit immédiatement pris en charge directement par les citoyens sous peine de voir la Commune recevoir une amende…salée !

C’est donc bien la non anticipation de ce phénomène qui oblige la Majorité actuelle à prendre des mesures draconienne envers ses citoyens sans réelle transition, d’où l’impact financier important et sans transition pour les ménages d’Ecaussinnes. Le PS ne faisait pas partie de la majorité lors dela précédente mandature...

Ceci étant dit, avec 100€ par ménage, il faut constater que nous restons dans la moyenne “ basse ” par rapport aux autres communes wallonnes. Mais nous ne couvrirons pas l’ensemble du coût-vérité puisqu’à terme nous devons atteindre non pas 80% mais bien 100% d’ici deux ans. Une augmentation de la taxe devra-t-elle donc avoir lieu ? Je le crains…

Pour ce qui est des sacs payants (0.87€ le sac), cela correspond à ce que les autres communes payent également.

 Sac payants ou containers à puce ?
La question est simple, la réponse beaucoup plus complexe.

Je vous renvoie à ce sujet aux articles (au moins 3 en décembre 2007) que j’ai laissé sur mon blog (dont le tableau comparatif des coûts estimés).

J’ai défendu la mise en place des sacs payants à tout le moins pour une période transitoire.

Je ne reviendrai plus ici sur les désagréments causés par le système des containers à puce (appartement, personnes âgées,…)

Bien que ce système ne soit pas le plus “ juste ”, il m’apparaît néanmoins comme le moins générateur de coûts supplémentaires pour la Commune d’Ecaussinnes. En effet, les coûts sont  “ refacturés ” par notre intercommunale (IDEA) et les camions actuels tout comme les tournées existaient déjà auparavant. En continuant le système des sacs, aucun surcoût ne sont rendus nécessaires.

La mise en place des containers à puce nécessite un investissement de plusieurs milliers de ceux-ci, l’adaptation des camions (système de levage et de pesage), un alongement (entre 5 et 10x) du temps de levée des déchets, un surcoût de personnel pour le ramassage,…

Or, en démarrant ce système seule, Ecaussinnes aurait eu à en supporter les surcoûts et cela sans espoir de pouvoir les répartir avec nos voisins.

Selon moi, une concertation doit être menée avec les communes voisines afin de convenir d’un planning de mise en place d’une solution alternative de manière à en partager équitablement les surcoûts.

Cela aussi représente une attitude de gestionnaire responsable. 

Taxation et affectation des moyens dégagés
Vous posez LA bonne question en demandant comment aider le citoyen à supporter l’impact financier de cette taxation !

Dans le débat que j’avais lancé, j’avais souligné le solde budgétaire positif que cette taxation entraîne pour notre Commune.

En effet, une partie des recettes provenant du zoning était affectée à la prise en charge du coût de la collecte des déchets. Maintenant que les recettes de la taxe payée par les citoyens équilibreront les dépenses (cout-vérité), que va-t-on faire de l'argent disponible ???

En décembre 2007, je dénonçait déjà le mutisme des autorités quant à l'affectation des montants autrefois alloués à la prise en charge de ces coûts par le budget communal ?

Certes, le Décret interdit un aide directe de la Commune en contrepartie de la taxe payée.

Certes, la majorité a mis en place, dans les limites du Décret, un système d’aide aux personnes à faible revenus. Il est à noter à ce sujet que cette prise en charge se répercute sur les autres citoyens… Mais je trouve que cela respecte le principe de solidarité qui m’est cher !

Par contre, et c’est bien cela que je déplore, aucune initiative locale ne semble être à ce jour envisagée par la majorité pour aider le citoyen à diminuer la quantité de déchets émis…

Des exemples à creuser ? : Une prime incitative liée à la fréquentation (volume de déchets déposés) du parc à conteneurs, des centres de compostage public, la mise en place de conteneurs à déchets "organiques" qui seraient acheminés (et donc vendus) vers une centrale de biométhanisation,...

J'attends plus de la part de nos élus de la majorité qu'une simple application du décret wallon. Veiller à ce que la loi soit appliquée à Ecaussinnes comme ailleurs est le rôle d'un secrétaire communal, celui de développer des projets ambitieux en matière de protection de l'environnement et de l'amélioration de la qualité de la vie est de la compétence de la majorité en place !!!

Faire payer le citoyen, c'est bien ! L'aider à payer moins en triant mieux, c'est mieux !

CONCLUSIONS


J'espère avoir répondu de manière claire et directe aux questions ou critiques que vous m'adressiez dans votre commentaire.

Merci encore une fois pour l'intérêt que vous portez à la politique communale.

Je reste bien entendu à votre disposition pour continuer ce débats ou tout autre qui vous intéresserait.

Cordialement.

21:02 Écrit par Philippe Dumortier dans Ecaussinnes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.